recherche

Formulaire de recherche

Novembre 2016 - La Toussaint

Dom Delatte, Contempler l'invisible, p. 45

Le Seigneur est venu, et il est venu avec une âme sœur de la nôtre, dans une chair sœur de notre chair. Il est venu… et somme toute, finalement, il a été bien reçu. Qui est aimé, si ce n’est lui, lui seul ? A qui pense-t-on ? A qui sur notre terre, va cet ineffable mélange de tendresse, d’adoration, de respect, d’amour ? A qui ? Au Seigneur, à lui tout seul. Et à côté du Seigneur, si l’on aime d’autres âmes, c’est encore pour lui, en raison de leur ressemblance, de leurs relations mêmes avec Notre Seigneur Jésus-Christ. Au fond, lui seul est aimé. Il a demandé au monde des prêtres : il a eu des prêtres ; il a demandé des confesseurs : les confesseurs ne lui ont pas manqué ; des martyrs : on lui en a donné par milliers ; des vierges : voyez la phalange innombrable de vierges qui le suivent. Je sais bien, avant de le laisser remonter au ciel, la terre a gravé sur les membres sacrés du Seigneur ces cinq blessures que notre foi et notre amour ne peuvent oublier. Mais, néanmoins, il faut le reconnaître, la terre a bien traité le Seigneur. Il n’y a d’exception que pour lui à cet universel oubli dans lequel tombent toutes choses : Il est le seul aimé.