recherche

Formulaire de recherche

Transfiguration du Seigneur

Le 6 août

La fête de la Transfiguration est une fête très importante pour les moines. D’après les Évangiles (Mt 17, 1-8 ; Mc 9, 2-8 ; Lc 9, 28-36), Jésus prend avec lui ses disciples les plus proches, Pierre, Jacques et Jean, les emmène sur une montagne à l’écart, et là, il est transfiguré devant eux. Sa divinité se manifeste à travers une lumière éblouissante. Moïse et Élie apparaissent également, qui s’entretiennent avec Jésus. Pierre s’écrie alors : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ». Une voix venue du Ciel déclare : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-le ». Après être redescendu de la montagne avec ses disciples, Jésus annonce pour la deuxième fois sa Passion qui approche.

L’événement de la Transfiguration a toujours été compris par les moines comme un symbole de leur vocation. Comme Pierre, Jacques et Jean, ils sont invités par Jésus à quitter le monde pour le suivre à l’écart, et à contempler sa gloire. La présence d’Élie et de Moïse, ainsi que la voix venue du Ciel qui appelle à écouter Jésus, évoquent la lectio divina, la patiente et amoureuse étude de la Parole de Dieu. L’exclamation de Pierre exprime tout simplement le bonheur qu’il y a de vivre ainsi auprès de Jésus. La vie monastique est une anticipation de la joie du Ciel. En même temps, le lien étroit de la Transfiguration et la Passion de Jésus rappelle aux moines qu’ici-bas leur vie est une vie de pénitence, et que la joie ne sera entière qu’au-delà de la mort.

On comprend dès lors pourquoi la fête de la Transfiguration a été diffusée en Occident par les moines, en particulier par Pierre le Vénérable, abbé de Cluny au XIIe siècle. Née plusieurs siècles auparavant en Orient, elle a été fixée au 6 août, 40 jours avant la fête de la Croix glorieuse (14 septembre), pour souligner le lien entre la Transfiguration du Christ et sa Passion. Elle a été inscrite au Calendrier romain en 1457, en action de grâces pour la victoire obtenue sur les Turcs à Belgrade, le 6 août 1456.

La quatrième antienne des Laudes de l’office des apôtres met en rapport le privilège de voir la divinité du Christ, accordé à Pierre, Jacques et Jean lors de la Transfiguration, avec les Béatitudes.

Beati pacifici, beati mundo corde, quoniam ipsi Deum videbunt

Heureux les artisans de paix, heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu