recherche

Formulaire de recherche

Le billet du Père Abbé

Le Christ est ressuscité ; il est vraiment ressuscité. Telle est notre foi, telle est notre espérance, tel est le motif de notre joie.

Le Seigneur est plus grand que nos misères et que nos péchés, il l’a manifesté par sa mort et sa résurrection ; il nous laisse maintenant sa paix et sa joie, paix et joie qui ne ressemblent pas à celles du monde, mais qui sont plus vraies et plus profondes ; il nous a rachetés, et il nous a appelés au baptême. Désormais, notre vie est pleinement associée à ce mystère, source de joie authentique, comme nous l’avons chanté lors de la fonction de vendredi : « Crucem tuam adoramus, Domine, et sanctam resurrectionem tuam laudamus, et glorificamus : ecce enim propter lignum venit gaudium in universo mundo » : Nous adorons ta Croix, Seigneur, nous louons et nous glorifions ta sainte résurrection. Car voici que par le bois, la joie est venue dans le monde entier ».

Nous sommes loin d’être les plus malheureux en ce monde, bien au contraire puisque nous avons la grâce de connaître et de vivre le mystère pascal. Le Seigneur nous a laissé son Eucharistie, il nous a laissé son Église, il nous a laissé sa Mère. Comment alors désirer autre chose ici-bas ? Nous sommes vraiment comblés ; cela nous rappelle à notre devoir de prier pour tous ceux qui vivent difficilement cette période de confinement, de penser plus particulièrement, comme nous l’avons fait dans l’intention supplémentaire de la grande prière des fidèles de vendredi, aux familles endeuillées, aux malades durement atteints, aux soignants si dévoués. Puisque nous sommes davantage unis au Christ par notre baptême, notre mission implique cette œuvre de charité.