recherche

Formulaire de recherche

instagram

Le billet du Père Abbé

« Que chacun attende la sainte Pâque avec l'allégresse d'un désir tout spirituel », demande saint Benoît dans sa Règle.

Attendre est bien souvent une épreuve, car notre patience est précisément mise à rude épreuve, tant nous sommes habitués à réclamer toutes choses comme dues. Mais le Seigneur sait nous faire patienter pour notre bien ; il veut que nous mettions à profit ce temps d’attente pour nous convertir et nous purifier.

Cette préparation n’est pas uniquement spirituelle, elle englobe aussi notre corps, car nous allons vers Dieu avec tout notre être. Saint Benoît nous enseigne qu’il nous faut préparer nos corps et nos cœurs : nous ne pouvons rejoindre le Seigneur uniquement en esprit ; notre corps a été sauvé et il doit participer à l’œuvre de rédemption à laquelle nous devons collaborer. Ceci signifie que nous devons pratiquer, dans la mesure de nos forces, le jeûne et l’abstinence, afin de prendre de la distance par rapport à tous les soucis terrestres et corporels

La joie, enfin, est bien au programme du Carême, puisque nous marchons vers la victoire, cette victoire annoncée par le triomphe du Seigneur sur les tentations diaboliques au désert de Judée ; nous marchons vers la gloire, cette gloire annoncée par l’épisode de la Transfiguration sur le Mont Thabor en Galilée. Soyons donc dans l’action de grâces et vivons ce nouveau Carême avec une générosité renouvelée : Dieu passe encore parmi nous et il se montre toujours fidèle dans ses dons et ses promesses. Nous serons transformés, dans notre dépouillement, par la force de l’Esprit ; nous serons transfigurés de la vie nouvelle qui nous sera accordée en plénitude lors de la Pâque éternelle.