recherche

Formulaire de recherche

La dévotion au pape

Toute la pensée et toute l’œuvre de notre père dom Guéranger s’articulent autour du mystère de l’Église, comme étant le prolongement de l’Incarnation du Fils de Dieu. Sa vive conscience du rôle tenu par le successeur de Pierre comme gardien de l’unité visible de l’Église le transformera en défenseur intrépide de l’autorité du pape, et il inscrira même dans les Constitutions de sa nouvelle Congrégation que les moines doivent défendre les droits de l’Église, « rejetant les formules nouvelles et profanes, accueillant les décisions de l’Église romaine comme oracles du vrai Dieu, louant, condamnant, anathématisant et réprouvant tout ce que le Siège de Pierre loue, condamne, anathématise et réprouve ». Et dans son opuscule destiné à la formation des novices, la dévotion envers le Souverain Pontife ne fait pas l’objet d’un chapitre ou d’une section à part, comme un élément adventice, une pratique surérogatoire offerte seulement aux âmes plus ferventes ; elle est insérée dans le chapitre sur la foi, ce qui la place d’emblée au niveau dogmatique. Elle fait partie de la foi catholique et ne peut lui être retranchée sous peine de tomber dans l’hérésie. On ne peut être plus clair et ferme. Il demandait même au postulant, comme condition d’admission au noviciat, une profession de foi explicite à l’infaillibilité du Souverain Pontife.

Être fidèle à dom Guéranger signifie reconnaître en chacun des papes le don propre que l’Esprit veut octroyer à l’Église par l’exercice du charisme pétrinien. Nous pouvons alors nous émerveiller devant la Sagesse divine qui prévoit, pour chaque époque et ses défis particuliers, celui qui guidera avec sûreté la barque de Pierre.