recherche

Formulaire de recherche

instagram
  • messe Solesmes
  • moines de Solesmes

Vie de la communauté

Le 14 juillet 2022, c’est avec une grande joie que la communauté de Saint-Pierre de Solesmes, entourée de très nombreux amis du monastère, évêques, pères abbés, prêtres, religieuses et laïcs, a célébré la bénédiction abbatiale du nouveau Père Abbé de Solesmes, le Très Révérend Père Dom Geoffroy Kemlin. La messe et le rite de la bénédiction ont été présidés par Mgr Yves Le Saux, Administrateur apostolique du diocèse du Mans.

Dans son homélie, Mgr Le Saux a longuement médité sur le sens de la parole du Christ lue par le diacre à l’Évangile : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur ». Puis, après la prière de la Litanie des Saints, le nouveau Père Abbé a reçu la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît pour gouverner et garder les frères que Dieu lui a confié en ce jour. Le Père Abbé a également reçu l’anneau, comme signe de fidélité et d’amour fraternel, puis la mitre et la crosse, signes de sa charge pastorale à l’égard de la communauté de Saint-Pierre mais aussi envers tous les moines et moniales qui forment la Congrégation de Solesmes. Après la remise de ces insignes, a eu lieu le rite de l’obédience au cours duquel chacun des moines est venu s’agenouiller devant le nouveau Père Abbé, mettre ses mains entre les siennes et recevoir son accolade.

À l’issue de cette célébration, très priante et recueillie, le Père Abbé émérite Dom Philippe Dupont a lu la lettre que le Saint-Père François a adressé à Dom Kemlin. Avec cette lettre, le Pape a donné sa bénédiction apostolique en demandant à Dieu, pour le nouveau Père Abbé, les dons de sagesse et de force du Saint-Esprit ainsi que la protection de Notre-Dame, patronne de la Congrégation de Solesmes.

La cérémonie a été suivie d’une réception à la Marbrerie où tous ont pu se retrouver dans la joie, et profiter de la fraicheur et de l’ombre autour d’un buffet préparé sur les bords de la Sarthe. Peu avant les vêpres en fin d’après-midi, le traditionnel chant des Laudes festivae – ou Acclamations carolingiennes – a exprimé l’action de grâces et les souhaits pour la nouvelle page d’histoire solesmienne que les moines sous la conduite de leur Abbé et à la suite du Christ vont maintenant écrire.